Valéry Moise : « Nous sommes dans une période d’égarement »

Valéry Moise : « Nous sommes dans une période d’égarement »

La société dans laquelle nous vivons aujourd’hui à tendance à nous faire croire que tout est accessible en un clic, même une carrière. Où est-ce écrit que la vie est un long fleuve tranquille ? Nulle part. La jeunesse haïtienne est prise dans l’étau où la croyance qui prévaut est la facilité, tout faire pour arriver au sommet sans payer le prix de l’effort. Et ce mode de résonnement trouve son appui dans la gestion de la chose publique en Haïti. Les nominations arbitraires envoient clairement le message : pas besoin d’être formé pour atteindre les plus hauts sommets de l’état. A travers cette série de portraits, nous mettrons les projecteurs sur ces professionnels qualifiés aux parcours inspirants, pour montrer aux politiques le visage de la jeunesse compétente du pays. Pour montrer à la jeunesse qu’il vaut encore la peine de prendre le chemin des études.  Le docteur Valéry Moise est le visage qui s’est imposé à nous pour lancer cette série.

Revisiter le parcours de Valéry Moise laisse entrevoir un jeune qui s’est battu pour son rêve, qui a fait des difficultés des opportunités, des échelons à gravir pour atteindre ses objectifs. De la volonté de devenir médecin, son père qui n’a pas voulu l’accompagner dans ses études, la capacité de survivre dans un Port-au-Prince qui le plus souvent des cas n’offre pas beaucoup de possibilité aux jeunes. Il s’en est sorti au prix de l’effort, de l’assiduité, de la persévérance, de l’application, de la rigueur et en misant sur les études.

Engagement

 

Valérie Moïse #UNE

Valery Moise en collaboration avec un ami a mis sur pied en 2013 Diagnostik Group, une organisation dont le but premier est d’encadrer les enfants, de leur offrir un espace sécuritaire d’accompagnement. S’assurer du développement de l’enfant est la seule garantie que nous aurons un bon citoyen demain, précise-t-il. Avant d’être une organisation, c’est une tentative de réponse, un engagement citoyen, avoue-t-il.

J’ai toujours voulu faire partie de ceux qui font la promotion de la santé, l’éducation sanitaire pour les jeunes et les jeunes mamans, en ce qui a trait à la nutrition, à l’hygiène, et les comportements sexuels responsables. 

De son engagement à l’égard de la jeunesse, le projet Perspectives Jeunesse a vu le jour. Financé par l’Ambassade Américaine, ce projet vise les étudiants finissants dans les domaines de la santé, l’éducation, la technologie, de l’environnement et de la bonne gouvernance. Provoquer l’esprit d’entreprenariat pour pouvoir créer l’emploi recherché, leur job de rêve.

Reconnaissance

On peut vivre dans un pays qui ne valorise pas les principes dans lesquelles on croit, on doit quand même y rester attaché car tôt ou tard une autre lumière reconnaitra la tienne, m’avoua Dr. Moise.

À travers un discours prononcé à l’Université Pontificale Catholique du Pérou dans le cadre du programme Young Leaders of the Americas Initiative (YLAI), le 19 novembre 2016, Barack Obama a reconnu l’importance de son travail et son dévouement. Objet de fierté, oui, mais cet honneur l’inspire à faire mieux, à faire plus. Pas pour la gloire mais plutôt parce qu’il croit dans une Haïti où chacun doit apporter sa pierre pour participer à la construction.

    

 

Les défis de l’employabilité des jeunes en Haïti

Selon Valery Moise, c’est un problème complexe et il ne suffit pas seulement de le voir sous l’angle de ‘’l’emploi’’. Il faut aller à la base et questionner notre système éducatif. L’éducation en Haïti est injuste et inadaptée. Il faut une réforme pour tenir compte des avancées technologiques, de la globalisation, de l’environnement, de l’entrepreneuriat. Pendant longtemps notre système éducatif ne forme que des fonctionnaires, des exécutants. Le premier travail doit être fait à ce niveau, faire la promotion de la diversité de filière et enseigner l’esprit d’entrepreneure. Aujourd’hui les entreprises qui emploient des milliers de personnes à l’échelle planétaire sont des initiatives jeunes, le cas de Facebook est un exemple.

La jeunesse, nager à contre-courant

Ne soyez pas les pièces de renouvellement de ce système. Si vous estimez que vous êtes mal dirigé, prenez les commandes, exhorte Valéry Moise. Dans le processus, chacun doit reconnaître ses limites, chacun doit être là où il doit être. Nous ne pourrons pas tous être sur le devant de la scène.

Il faut parier sur l’avenir, sur l’éducation, sur la patience, sur les principes universels. ‘’Nous sommes dans une période d’égarement, de tâtonnement, d’éclipse morale et intellectuelle. Un nouveau cycle suppléera, il faut se préparer pour cette fin de règne”. 

Soucaneau Gabriel
Je suis avant tout un être humain, sensible à la rumeur de son temps et conscient du rôle qu’il peut jouer dans l’avancement de la société. J’ai choisi d’écrire plutôt que de parler, car l’écriture me permet des libertés que la parole ne m’offre pas, l’écriture me permet d’effleurer des univers que la parole ne m’offre pas.

2 thoughts on “Valéry Moise : « Nous sommes dans une période d’égarement »

  1. Super ! Bonne continuité ! Bravo à ces jeunes qui refusent de croire qu’Haïti est une cause perdue.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *